Chiffrer et déchiffrer la dynamique de l’emploi peu qualifié

Appel à contribution pour un dossier thématique de Formation Emploi
Date limite de remise des contributions : 9 janvier 2023
Coordination : Jean-Paul CADET (Céreq)

Les travailleurs sont de plus en plus confrontés à des invitations, des incitations, voire des injonctions à devenir les acteurs de leur parcours professionnel (Cantelli et Génard, 2007). Cet appel à « l’agir individuel » alimente l’esprit des réformes du droit du travail et des politiques de l’emploi depuis une vingtaine d’années, au point d’incarner un changement de paradigme dont la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel du 5 septembre 2018 se fait l’expression. Cette sémantique de l’agir s’inscrit dans un processus d’individualisation du social et se déploie autour d’une rhétorique du projet, de l’employabilité, de la responsabilité, de la compétence, de l’activation, de l’autonomie, plus largement de l’entreprise de soi (Boltanski et Chiappello, 1999 ; Zimmermann, 2017).

Loin d’être épargnées, les personnes dans les emplois peu qualifiés travaillent dans les secteurs d’activité les plus exposés aux restructurations, aux transformations de l’économie et à la montée du chômage (Dubost et Tranchant 2019 ; Flamand 2020). Elles sont une cible des politiques actives de l’emploi à travers des incitations à la mobilité ou à la reconversion, alors que de fortes incertitudes demeurent sur les marges de manœuvre dont elles disposent concrètement. Elles sont très souvent en contrat court, à temps partiel, en situation de sous-emploi, faiblement rémunérées (Ast 2015 ; Amossé et al. 2021). En outre, elles rencontrent de nombreux obstacles pour accéder à la formation (Lambert et Marion, 2014) alors qu’elles expriment aussi souvent que les autres catégories de salariés le souhait de l’être (Dubois et Melnik, 2017). Les recherches soulignent aussi un essoufflement net de leurs perspectives de promotion en cours de carrière et de moindres possibilités pour se reconvertir (Stephanus et Vero, 2022).
Ces personnes occupent ainsi des emplois qui concentrent une multiplicité d’enjeux. L’emploi peu qualifié a connu, en France, une recrudescence au milieu des années 1990 (Meda et Venna, 2004), soutenue notamment par la transformation du rôle des femmes dans la famille, mais aussi par de nombreuses aides publiques. Il a fait l’objet de travaux cherchant à analyser sa transformation intra et intersectorielle, à tracer une frontière entre travailleurs qualifiés et non qualifiés (Chardon, 2001 ; Burnod et Chenu, 2001) ou à interroger la distinction établie entre qualification de l’emploi, du travail et de la personne (Rose, 2012). Récemment, la crise provoquée par l’épidémie de Covid 19 a mis sur le devant de la scène l’emploi peu qualifié en interrogeant à nouveaux frais sa qualité et sa reconnaissance (Amossé et al. 2021).

Cet appel à contribution pose la question des changements récents qui ont trait à l’emploi peu qualifié et celle de la dynamique professionnelle de celles et ceux qui occupent ces emplois. Il est organisé autour de deux grandes interrogations : d’une part, existe-t-il une polarisation des emplois et si oui, comment et où se manifeste-t-elle ? D’autre part, quelles sont les dynamiques professionnelles des travailleurs en emploi peu qualifié et notamment celles des jeunes en début de carrière et des seniors ?

Axe 1 – Comment évoluent la structure sociale des emplois, les compétences et les conditions de travail ? Existe-t-il une polarisation et si oui, comment et où se manifeste-t-elle ?

La polarisation signale une recomposition de la structure des emplois autour de deux pôles dont les revenus et les conditions de travail s’écartent toujours plus (Verdugo, 2020). Elle s’expliquerait par le déclin des tâches routinières au profit de tâches manuelles ou intellectuelles non routinières (Goos et al.,2009). Si le phénomène semble plutôt établi aux États-Unis (Autor et Dorn, 2013) et au Royaume Uni (Goos et Mannning, 2003) dès les années 1980, il est moins tranché en Europe et en France (Peugny, 2018 ; Goux et Maurin 2019, Verdugo 2020 ; Jolly 2020 ; Reshef et Toubal, 2021). N’assistons-nous pas plutôt à l’émergence d’une société où les classes moyennes salariées prennent une place de plus en plus centrale (Goux et Maurin, 2019) ? Approfondir ce diagnostic et mettre en regard l’évolution de la structure des emplois sur longue période et en comparaison avec d’autres pays est donc un enjeu important, d’autant que la crise sanitaire a pu rebattre les cartes.

Un premier ensemble de questions concerne les changements récents relatifs au volume d’emploi peu qualifié. Quelle est l’évolution et la composition des emplois non qualifiés ? Quels emplois sont menacés ? Quels métiers recrutent ? Comment se recomposent les catégories ouvrières et employées ? Ce questionnement pourrait intégrer des perspectives comparatives offrant un regard décentré sur la réalité française, en éclairant les mouvements singuliers ou communs à d’autres pays. Dans quels secteurs les emplois peu qualifiés progressent-ils ? Est-ce dans ceux où les employeurs bénéficient d’allègements du coût du travail ? Est-ce dans les activités tertiaires seulement ? Peut-on établir un lien avec des politiques et des stratégies d’entreprise fondées sur un « mode de gestion de la main-d’œuvre par le marché du travail » (Grando, 1983), c’est-à-dire sur un turnover constamment important et un recrutement préférentiel de salariés peu ou non diplômés ? Comment le progrès technique, la mondialisation, les institutions du marché du travail affectent-ils la structure des qualifications ?

Un deuxième ensemble de questions interroge l’évolution des conditions d’emploi et de travail des personnes occupant les emplois les moins qualifiés. Si la progression des très hauts revenus est si atypique qu’elle fait généralement l’objet d’études séparées (Godechot, 2012), que dire des inégalités ou de la polarisation des salaires ? Les écarts se creusent-ils à la fois dans le bas et le haut de la distribution (Verdugo, 2020) ? La quantité et la qualité des emplois peu qualifiés évoluent-elles dans le même sens ou en sens inverse (Erhel et al., 2014), notamment chez les jeunes (Goffette et Vero, 2015) ? Les innovations technologiques et les nouvelles formes d’organisation du travail (développement de la polyvalence, Lean management, télétravail, externalisations…) rendent-elle le travail et ses conditions d’exercice plus polarisés ? Quels sont les effets des spécificités sociétales et des institutions de régulation du marché du travail à l’heure où l’Union européenne défend un objectif d’amélioration de la qualité des emplois, tandis que les emplois dits atypiques progressent (contrats courts, à temps partiel, emplois « à un euro de l’heure » en Allemagne ou contrats « zéro heure » au Royaume-Uni…) ?

Un troisième ensemble de questions interroge le développement de la formation et des compétences des titulaires des emplois peu qualifiés. Que l’on considère la qualification du point devue de la personne, de l’emploi ou du travail, le constat est invariable : le taux d’accès à la formation est plus faible pour les moins qualifiés (Bonati et al., 2006 ; Céreq 2014 ; Fournier et al.,2017). Ce constat intervient dans un double contexte ; d’une part, celui d’une complexification de leur travail et d’autre part, celui d’une aspiration aussi fréquente que les autres à vouloir se former (Melni et Dubois, 2017). Cet inégal recours à la formation est considéré par l’ensemble des observateurs comme un problème crucial : il interroge les politiques publiques tout comme les branches professionnelles et les entreprises.

Les organisations du travail offrent des opportunités de développement inégales (Zimmermann, 2011 ; Sigot et Vero, 2017 ; Subramanian et Zimmermann, 2017). Or, l’évolution des compétences des salariés en emploi peu qualifié est renforcée dans un contexte où certains métiers connaissent des tensions accrues (CESE, 2022) à travers lesquelles des enjeux majeurs de reconversion se dessinent (Gazier, 2017). Si les transformations en cours de l’appareil productif influencent la demande de compétences et de travail qualifié, comment entreprises, branches et politiques publiques participent-elles aujourd’hui à la formation et au développement des compétences des titulaires des emplois peu qualifiés ? Quelles sont les conditions d’un travail formateur, émancipant, « capacitant » pour ces salariés ? Quels sont les différents facteurs qui favorisent ou inhibent l’accroissement des compétences et celui des capacités ? Quel rôle spécifique jouent les Actions de formation en situation de travail (AFEST) dans leur ambition de faire du travail un levier majeur de développement des compétences ?

Outre les entreprises et leur modèle d’organisation, les dispositifs institutionnels contribuent à façonner l’accès à la formation professionnelle continue. Depuis le début des années 2000, une série de profondes réformes a ainsi modifié le paysage institutionnel de la formation pour pallier les inégalités d’accès les plus couramment mises en avant (Bonati et al., 2006). Comment le PIC (Plan d’investissement dans les compétences), et les dispositifs publics qui accompagnent le discours d’un individu « acteur de son parcours professionnel » – tels que le Compte personnelle de formation (CPF), le projet de transition professionnelle (PTP), le Conseil en évolution professionnelle (CEP), etc. – contribuent-ils aujourd’hui au développement des compétences, des capacités des salariés dans les emplois peu qualifiés ?

Axe 2 – Quelles sont les dynamiques professionnelles des travailleurs en emploi peu qualifié et notamment celles des plus jeunes et des plus âgés d’entre eux ?

La réflexion sur les parcours individuels et sociaux est un enjeu essentiel à l’heure où chaque actif est appelé à construire le sens de sa propre existence, à être « acteur de son parcours » et à « affirmer sa liberté de choisir son avenir professionnel ». Peut-on rendre compte de la manière dont les travailleurs en emploi peu qualifié font face à pareil appel ? Réfléchir aux aspirations individuelles, à leur construction, à leur évolution apparaît majeur dans l’étude des parcours professionnels. La liberté réelle dont jouissent ouvriers et employés peu qualifiés pour concrétiser leurs aspirations est également centrale. Se pose dès lors la question de leur accès à l’information et à des espaces de discussion pour leur permettre de faire des choix et de les faire valoir, ou encore celle des opportunités et des moyens pour réaliser leurs projets. Les choix et les possibilités de les concrétiser s’inscrivent toujours dans des contextes institutionnels, économiques, organisationnels, sociaux, familiaux et culturels. Si les institutions publiques, les entreprises et les partenaires sociaux n’offrent pas les conditions élémentaires d’une capacité d’agir, le salarié ne peut les créer à lui seul, aussi entreprenant soit-il.

Un premier ensemble de questions porte sur la manière dont s’opèrent les parcours au départ de l’emploi peu qualifié. Quelles sont les aspirations professionnelles des ouvriers et employés peu qualifiés, et comment se construisent-elles ? De quels moyens ou supports disposent-ils pour les accomplir dans un contexte où ils sont particulièrement concernés par le cumul ou la discontinuité des emplois (D’Agostino et al., 2021) ? Quels sont au contraire les obstacles, les empêchements, les manques auxquels ils se confrontent étant donné que les voies pour construire leur parcours sont loin d’être tracées ? Quel est le rôle de la formation continue dans la construction de ces parcours ? Quel ensemble plus vaste de facteurs, englobant le management, la gestion des ressources humaines et l’organisation du travail, est aussi à prendre en compte ? Quels rôles jouent pour leur part les instruments de la politique publique, mais aussi les outils de gestion des organisations ?

Les travaux sur les parcours attestent que les salariés les moins qualifiés sont les plus concernés par les mobilités involontaires et externes (Amossé 2003, Amossé et al., 2019). Quelle est l’actualité de ces constats ? Par ailleurs, que deviennent les perspectives de mobilité professionnelle qui leur sont offertes au sein des entreprises tandis que les marchés internes tendent à s’effriter ? Et qu’en est-il de leurs mobilités externes alors que l’accent est désormais mis sur le principe d’une « sécurisation des parcours professionnels », conçue selon une logique « entrepreneuriale » de la formation, reposant sur des instruments comme le CPF ou le CEP, et dont la responsabilité incombe de plus en plus au travailleur ?

Un deuxième ensemble de questions interroge plus spécifiquement les parcours des jeunes entrant sur le marché du travail. Les difficultés accrues d’accès à l’emploi des jeunes, l’allongement et la déstabilisation de leur parcours d’insertion, le développement des formes atypiques d’emploi (Couprie et Joutard, 2017) se vérifient de manière renforcée pour les non-diplômés (Céreq, 2017) dans un contexte où le niveau de diplôme des participants au marché du travail a sans cesse augmenté plus rapidement que la demande de qualification du système productif (Goux et Maurin, 2019). Compte tenu de l’essor global du niveau d’études, comment a évolué l’emploi des jeunes ouvriers et employés peu qualifiés dans un contexte général d’évolution des normes d’emploi (Di Paola et al., 2018) ? Quels éléments spécifient l’évolution des caractéristiques de leur emploi et de leurs conditions de travail au fil des générations ? Comment s’actualisent les effets de la concurrence entre jeunes diplômés et non diplômés ? Dans un contexte où les débuts de carrière sont plus chaotiques pour une génération plus diplômée (Epiphane et al., 2019), un nombre croissant de diplômés viennent concurrencer les moins diplômés sur des postes d’ouvrier ou d’employé. Il en résulte à la fois une montée du déclassement des diplômés et la persistance d’un chômage élevé pour les non-diplômés. Les jeunes sans qualification sont-ils alors écartés de l’accès aux emplois peu qualifiés ? Cet effet d’éviction va-t-il jusqu’à créer des poches durables d’exclusion et de désaffiliation parmi la jeunesse ? Le passage par l’emploi peu qualifié pour les jeunes diplômés constitue-t-il une trappe ou un tremplin vers l’emploi qualifié (Béduwé 2005) ?

Un troisième ensemble de questions interroge l’effet des politiques publiques et des politiques d’entreprise en direction des seniors, longtemps limitées à la gestion des flux de sortie de l’emploi des plus de 55 ans, mais poursuivant depuis 30 ans l’objectif de les maintenir davantage en emploi (Jolivet et al., 2014). Comment se traduisent dans les faits les parcours des salariés peu qualifiés avant l’heure de la retraite ? Les seniors dans les emplois peu qualifiés sont-ils traités différemment des autres classes d’âge en ce qui concerne les entrées et sorties de l’entreprise ? Quelles sont leurs spécificités ? L’enjeu est de taille. Moins touchés par le chômage que les jeunes, les seniors ont en revanche plus de mal à en ressortir. Que signifie donc être en emploi peu qualifié au terme de sa carrière ? Si jeunes et plus âgés ne sont pas substituables (Jolivet et al., 2014), quelles compétences ne sont pas reconnues aux seniors en emploi non qualifié ? L’objectif de maintien et de retour à l’emploi de ce public a été affirmé, et fait désormais partie des priorités gouvernementales : quel rôle peut jouer la formation dans un contexte où ils y accèdent moins souvent (Fournier et Dubois, 2020) ? Comment les réformes de la formation professionnelle sont-elles susceptibles de leur permettre une maîtrise de leur parcours ?

Enfin, un dernier ensemble de questions interroge la portée des crises sanitaires, économiques ou géopolitiques, et celle des mutations économiques liées à la transition écologique ou numérique. Ont-elles des effets sur l’entrée dans et la sortie de la vie active, sur les destinées professionnelles des travailleurs en emploi peu qualifié ? Peut-on s’attendre à ce qu’elles développent, limitent ou modifient les parcours professionnels ? Si oui, dans quels secteurs et pour quels métiers ? Avec quels supports ? La loi pour « la liberté de choisir son avenir professionnel » du 5 septembre 2018 et le PIC ont déployé des instruments que le Plan de relance a renforcés. Quels seront leurs effets sur la capacité d’agir des personnes en emploi non qualifié ? Si pendant la crise sanitaire, la formation a été plébiscitée comme un facteur clé de la reprise économique, elle reste toujours marquée par des inégalités : la moitié des cadres contre un tiers seulement des ouvriers ont déclaré avoir suivi au moins une formation, et plus de la moitié de celles suivies par les ouvriers furent règlementaires ou « obligatoires » (Melnik-Olive E., 2022). Parallèlement, les formations à distance ont surtout bénéficié aux plus qualifiés et aux télétravailleurs. Jusqu’à quel point ces crises accentuent-elles ou entravent-elles les reconversions professionnelles ? L’actualité et l’enjeu du débat justifient que l’on fasse un retour sur cette question.

Cet appel à contribution prolonge une journée d’études organisée en 2021 dans le cadre du projet ANR SQUAPIN. Il est ouvert à toute proposition d’article s’appuyant sur des travaux quantitatifs ou qualitatifs, pouvant renvoyer à divers cadres d’analyse (issus des sciences économiques, de la sociologie, des sciences de gestion, des sciences politiques ou juridiques…).

Modalités de réponse et calendrier :
Les consignes aux auteurs sont accessibles sur : https://journals.openedition.org/formationemploi/2611
La date limite de remise des contributions est le 9 janvier 2023.

Références

Alonzo, Ph., Chardon, O. (2006), « Quelle carrière professionnelle pour les salariés non qualifiés ? », in Données Sociales- La société française, Paris, Insee, pp. 265-272.

Amossé, T. (2003), « Interne ou externe, deux visages de la mobilité professionnelle », Insee Première, no 921, juillet.

Amossé T., Ducoudré B., Erhel C., Mias A., Ollivier C., Peugny C., Pitti L., Rieucau G. et Simonnet V. (2019), « Passer en revue quarante ans de Travail et Emploi », Travail et Emploi, 158, pp. 7-42. DOI : 10.4000/travailemploi.9036

Amossé, T., Ehrel, C., Koubi, M., Mauroux, A. (2021), « Les métiers “de deuxième ligne” de la crise Covid-19 : quelles conditions de travail et d’emploi dans le secteur privé ? », Dares, Document d’études, n° 246.

Ast, D. (2015), « En 30 ans, forte progression de l’emploi dans les métiers qualifiés et dans certains métiers peu qualifiés de services ». Dares Analyses, 28, avril.

Autor, D-H, Dorn, D. (2013), The Growth of Low-Skill Service Jobs and the Polarization of the US Labor Market, American Economic Review, août, 103 (5), pp. 1553-97. DOI : 10.1257/aer.103.5.1553

Béduwé, C. (2005), “L’emploi non qualifié dans les trajectoires professionnelles de jeunes débutants” in D. Méda. éd., Le travail non qualifié : Permanences et paradoxes, Paris, La Découverte, pp. 269-284.

Boltanski, L., Chiapello, E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

de Bourbon-Parme, T. (2021), « La chasse aux serveurs est ouverte », Le Monde diplomatique, décembre.

Bonati, C., Fleuret, A., Pommier, P., Zamora, Ph. (2006) : « Pourquoi les moins qualifiés se forment-ils moins ? », Dares, Document d’études, n° 116.

Burnod, G., Chenu, A., (2001), « Employés qualifiés et non qualifiés. Une proposition d’aménagement de la nomenclature socioprofessionnelle », Travail et emploi, 86, p. 87-105.

Cantelli, F., Genard, J.L. (2007), Action publique et subjectivité, Paris, LGDJ.

Céreq (2014), Quand La formation continue … Repères sur les pratiques de formation des employeurs et salariés, Marseille, Céreq.

Céreq (2017), Quand l’école est finie. Premiers pas dans la vie active de la Génération 2013, Céreq Enquêtes, n° 1.

CESE (2022), Métiers en tension, janvier.

Chardon, O., (2002), « La qualification des employés », Insee, Document de travail, n° F0202.

Couprie, H. & Joutard, X. (2017). La place des emplois atypiques dans les trajectoires d’entrée dans la vie active. Revue française d’économie, XXXII, 59-93. DOI : 10.3917/rfe.171.0059

D’Agostino A., Fournier C., Stephanus C. (2021), « Emploi éclaté, précarité et formation : sortir du cercle vicieux“, Céreq Bref, n° 401.

Dubois, J-M., Melnik-Olive, E. (2017), “La formation en entreprise face aux aspirations des salariés“, Céreq Bref, n° 357.

Dubois, J-M., Fournier, C. (2020) « Former les salariés seniors pour les maintenir en emploi : quelle réalité ? » In D. Guillemot et E. Melnik Olive, Formation continue et parcours professionnels : entre aspirations des salariés et contexte de l’entreprise, Céreq Echanges n°15, pp. 83-91.

Dubost, C.-L., Tranchant, L. (2019), “Changer d’emploi, est-ce changer de position sociale ? : La structure des classes populaires au prisme des mobilités professionnelles des ouvriers et des employés“, Sociétés contemporaines, Presses de Sciences Po, n° 114, pp. 59-88.

Epiphane, D., Mazari, Z., Olaria, M., Sulzer E. (2010), « Des débuts de carrière plus chaotiques pour une génération plus diplômée – Génération 2010 », Céreq Bref, n° 382.

Erhel, C., Guergoat-Larivière, M., Leschke, J., Watt, A. (2014), « Tendances de la qualité de l’emploi pendant la crise : une approche européenne comparative, CEET, document de travail, n° 161-2 , pp. 1-48.

Flamand, J. (2020), « Quelle influence du niveau de diplôme sur la participation au marché du travail ? », La Note d’analyse, n° 85, France Stratégie.

Fournier, C., Lambert, M., Marion, I. (2017) « Le travail au cœur des apprentissages en entreprise », Céreq Bref, n° 353.

Freyssinet, J. (2005). “Préface“, in D. Méda éd., Le travail non qualifié : Permanences et paradoxes, Paris, La Découverte, pp. 9-11.

Gazier, B. (2017), « Les dynamiques des versions opérationnelles de l’employabilité, entre individuel et collectif », in G. Tiffon, F. Moatty, D. Glaymann et J.-P. Durand, Le piège de l’employabilité. Critique d’une notion au regard de ses usages sociaux, Rennes, PUR, pp. 19-38.

Goffette, C., Vero, J. (2015), « Chômage et qualité de l’emploi des jeunes : un tour de l’Europe en crise », Céreq Bref, n° 332. 

Godechot, O. (2012), « Is finance responsible for the rise in wage inequality in France ? », Socio-Economic Review, vol. 10, n° 3, juillet, pp. 447-470. DOI : 10.1093/ser/mws003

Goos, M., Manning, A. (2003), Lousy and Lovely Jobs : The Rising Polarization of Work in Britain, LSE, Center for Economic Performance Discussion Papers DP0604.

Goos, M., Manning, A., Salomons, A. (2009), “Job Polarization in Europe“, American Economic Review, 99(2), 58–63. DOI : 10.1257/aer.99.2.58

Goux, D., Maurin, É. (2019), « Quarante ans d’évolution de l’offre et de la demande de travail par qualification – Progrès technique, coût du travail et transformation sociale », Economie et Statistique, n° 510-511-512, pp. 131–147.

Grando, J-M. (1983), « Industrie et gestion de la main-d’œuvre », Formation Emploi, n° 1, pp. 19-36.

Guillerm, D. (2020), “Le Plan d’investissement dans les compétences : un engagement pour la formation et l’emploi des jeunes”, Les Cahiers du Développement Social Urbain, n°71, pp.40-40. DOI : 10.3917/cdsu.071.0040

Jolivet, A, Molinié, A.-F. & Volkoff, S. (dir.) (2014), Le Travail avant la retraite. Emploi, travail et savoirs professionnels des seniors, Paris, Centre d’études de l’Emploi et Ed. Liaisons.

Jolly, C., Dherbécourt, C. (2020), “Polarisation du marché du travail : y a-t-il davantage d’emplois peu qualifiés ?“, La note d’analyse, n° 98, France Stratégie.

di Paola, V., Méhaut, P. & Moullet, S. (2018), “Entrée dans la vie active et débuts de carrière : entre effets conjoncturels et évolution des normes d’emploi : Comparaison sur cinq cohortes d’entrants sur le marché du travail“, Revue Française de Socio-Économie, 20, 235-258.

Meda, D., Vennat, F. (2004), Le travail non qualifié. Permanences et paradoxes, Paris, La Découverte. DOI : 10.3917/dec.meda.2005.01

Melnik-Olive, E. (2022), “Crise sanitaire et formation professionnelle : le temps libéré ne suffit pas pour se former“, Céreq Bref, n° 420.

Peugny, C. (2018), « L’évolution de la structure sociale dans quinze pays européens (1993-2013) : quelle polarisation de l’emploi ? », Sociologie, n° 4.

Reshef, A., Toubal, F. (2021), « Polarisation du marché du travail : Y a-t-il davantage d’emplois peu qualifiés ? Une réponse », Réponse à France Stratégie, Document du CEPREMAP.

‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬Rose, J. (2012), Qu’est-ce que le travail non qualifié ? Paris, La Dispute.

Stephanus, C., Vero, J. (2022), « Se reconvertir, c’est du boulot ! Enquête sur les travailleurs non qualifiés », Bref Céreq, n° 418.

Subramanian, D., Zimmermann, B. (2017), « Voice in corporate French training : A critical issue in developing employee capability », Economic and Industrial Democracy. A Journal of Economy and Society, 43(3), 520-545. DOI : 10.1177/0143831X17704311

Tranchant, L. (2020), « Les nouveaux emplois des ouvrières et ouvriers : des O.S. du tertiaire ? », Connaissance de l’emploi, n° 164, CNAM-CEET, Octobre.

Verdugo, G., Allègre, G. (2020), “Labour force participation and job polarization : Evidence from Europe during the Great Recession”, Labour Economics, vol. 66, octobre. DOI : 10.2139/ssrn.3643189

Zimmermann, B. (2011 [2014]), Ce que travailler veut dire Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris, Economica.

Zimmermann, B. (2017), « Entre valorisation de soi et mise à l’épreuve de soi : les dynamiques paradoxales de l’autonomie », Formation Emploi, n° 139, 91-104.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nathalie Lemenager (26 septembre 2022). Chiffrer et déchiffrer la dynamique de l’emploi peu qualifié. SQUAPIN. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ve6j


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search