À l’heure de la valorisation des déchets, la branche du recyclage crée-t-elle aussi de la valeur pour la population ouvrière qui les trie ?

Cette publication du Céreq est tirée des travaux effectués dans le cadre du projet SQUAPIN (« Salarié·es en emploi peu QUAlifié : quelles Perspectives face à l’INjonction de devenir acteur de leur parcours professionnel ? »), financé par l’ANR (Agence nationale de la recherche). Ce projet vise à comprendre en quoi et comment les un peu plus de cinq millions de salarié·es qui occupent les emplois réputés « non qualifiés » en France sont aujourd’hui plus que jamais invités à être acteurs, actrices et responsables de leur vie professionnelle.

Plusieurs échelles d’analyse sont distinguées et articulées : institutionnelle – à travers la prise en compte des institutions qui encadrent le travail et la formation aux niveaux européen, national et sectoriel ; organisationnelle – à travers l’analyse des configurations et des pratiques d’entreprise ; individuelle – à travers l’examen des expériences, des parcours et des modes de perception des différents appels à l’autonomie, la prise d’initiatives et la responsabilité portés par les politiques publiques et d’entreprise.

d’Agostino Alexandra, Cadet Jean-Paul, À l’heure de la valorisation des déchets, la branche du recyclage crée-t-elle aussi de la valeur pour la population ouvrière qui les trie ?, Céreq Working paper, n° 23, 2024, 72 p. [En ligne]


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nathalie Lemenager (19 avril 2024). À l’heure de la valorisation des déchets, la branche du recyclage crée-t-elle aussi de la valeur pour la population ouvrière qui les trie ? SQUAPIN. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8v1


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search