Le nouvel adulte en formation face à ses responsabilités

En lien avec la réforme de la formation professionnelle continue de 2018, le dernier numéro de la revue Savoirs pose la question cruciale de la responsabilité en formation. Cette question se pense avec d’autant plus d’acuité qu’elle laisse envisager une véritable injonction à l’émancipation des individus quant à la prise en charge de leur formation, et vient transformer le citoyen usager de sa formation en citoyen client de sa formation.

Soucieuse de promouvoir la liberté des individus dans le choix et la gestion de leur formation pour qu’ils décident par eux-mêmes de leur avenir professionnel, cette loi amène les contributeurs de ce numéro à discuter de ce qu’elle est susceptible d’augurer d’inédit dans le champ de la formation. Ils tentent d’appréhender, et de comprendre, cette injonction à la responsabilité que le législateur semble vouloir impulser chez l’adulte au travail ou en quête de travail dans le choix de sa formation. Sommes-nous, au final, face à une réforme propre au libéralisme économique ou au contraire, face à une réforme qui engage davantage un libéralisme politique ordonné à l’émancipation du citoyen ? Quelles en seront les incidences sur la manière de concevoir, organiser, vendre et acheter de la formation ?

Consulter ce numéro sur Cairn


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nathalie Lemenager (16 octobre 2019). Le nouvel adulte en formation face à ses responsabilités. SQUAPIN. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ve4k


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search