Les formes contemporaines de l’emprise : compte rendu du colloque

Les formes contemporaines de l’emprise : travail, organisation, management et marché, Colloque international du 11 au 13 septembre 2019, Université de Mons. Compte rendu rédigé par Michaël Segon à partir de ses notes.

L’année 2019 a marqué le 40ème anniversaire de la publication de l’ouvrage « L’emprise de l’organisation » écrit par Max Pagès, Michel Bonetti, Vincent de Gaulejac et Daniel Descendre. A cette occasion, une septième édition a été publiée aux Éditions de l’Université de Bruxelles. Un avant-propos à la nouvelle édition (rédigé par Vincent de Gaulejac et Jean Vandewattyne) ainsi qu’une postface (Jean Vandewattyne et Divine Ndahabonimana) complètent le texte initial. L’ouvrage rend compte d’investigations menées alors au sein d’une organisation « hypermoderne » dénommée TLTX (la multinationale IBM) qui repose sur des nouvelles formes de management. L’objectif est d’analyser l’articulation de deux processus : « ce qui se passe dans l’intériorité, les phénomènes psychologiques conscients et inconscients » et « le lien avec l’organisation, le système, les dispositifs technologiques et de pouvoir ».

Le colloque organisé en septembre 2019 voulait réinterroger ces formes d’emprise au regard de nouveaux travaux menés actuellement par une génération de chercheur.se.s qui ont témoigné de l’importance de cet ouvrage dans leurs parcours de recherche. Un prochain numéro thématique de revue marquera la troisième et dernière étape de cet anniversaire.

La conférence d’ouverture visait à discuter des métamorphoses de l’emprise au travail. Vincent de Gaulejac est revenu sur le contexte initial de la recherche, sa méthode (40 entretiens et l’animation d’un séminaire « Moi et l’organisation ») et les difficultés rencontrées lors de la publication de l’ouvrage. Pour le sociologue, la principale évolution repose aujourd’hui sur le déplacement de la conflictualité : d’un niveau social à la production de l’adhésion d’un moi individuel et d’un « moi collectif que les salariés prennent pour eux-mêmes ». L’emprise psychologique serait accentuée. De plus, le lien entre les pratiques de management et les RPS apparaissent clairement. L’augmentation du niveau de stress est au cœur de ce déplacement de la conflictualité. La « nature » de la subordination a changé passant d’« un système disciplinaire qui visait à rendre les corps utiles, dociles, productifs à un système managérial qui tend à rendre la psyché utile, docile, productive ».

On observe chez TLTX une « préfiguration des pratiques managériales des années 80 et 90 » selon Danièle Linhart. Son exposé revient principalement sur un point de désaccord par rapport à la lecture de Vincent de Gaulejac : elle estime que l’époque décrite dans le livre ne représente pas un « moment disruptif ». Il s’agirait plutôt d’une sophistication des fondamentaux des pensées fordistes et tayloriennes. La question posée est équivalente : « comment asseoir légitimement la domination sur les salariés de façon non contestable ? ». L’entreprise « hypermoderne » reprend les composantes des précédents modèles : une bataille idéologique à travers la nécessité de convaincre, séduire et rendre désirable ; l’omnipotence de l’organisation qui dépasse l’autorité du chef ; l’individualisation dans le poste de travail et la méfiance envers les collectifs ; la dépossession (ou expropriation) des savoirs et expériences des ouvriers comme une modalité d’emprise. Pour la sociologue du travail, le management aujourd’hui possède les mêmes traits. Elle conclut son exposé sur l’absence de mise en délibération des finalités du travail et la question de la démocratie au travail.

L’emprise, le mal-être, le dégagement et l’intervention ont été des notions structurantes du programme du colloque. Plusieurs communications alimenteront sans nul doute la recherche SQUAPIN. En voici une sélection.

Gaëtan Flocco interroge les ressorts du consentement au travail des cadres alors que cette catégorie traverse des évolutions notables (augmentation massive des effectifs, poids des actionnaires et perte de pouvoir, contexte de réorganisations et restructurations, etc.). A partir d’une approche « socio-compréhensive critique du travail » il montre la coexistence d’une « adhésion authentique » des cadres à certaines dimensions du travail (notamment expressives) et l’expression d’une croyance managériale illusoire et mystificatrice. Le chercheur insiste particulièrement sur le fait que l’adhésion à des promesses non tenues dans le travail n’interdit pas des « capacité critiques » chez les cadres. La logique de mystification est alors relativisée.

Agnès Vandevelde-Rougale questionne l’influence subjective du discours managérial moderne et sa novlangue. Elle procède à une « analyse clinique de discours pour saisir les processus socio-psychiques avec une attention portée aux émotions et aux formes langagières ». La novlangue managériale produit un formatage des subjectivités. En définitive, elle « encourage le sujet à s’appuyer sur l’étayage proposé par l’organisation » (dont ses grilles de lecture), « développe la dépendance du sujet à l’organisation » et « génère l’absence de conflit qui n’existe pas dans ce discours » (l’expérience des difficultés devient une « occasion d’apprentissage »).

Marc Loriol s’intéresse à l’existence de micros collectifs qui, de façon paradoxale par rapport aux formes de résistances collectives visant à redéfinir un « travail bien fait », adhèrent à la politique des chiffres. Deux exemples atypiques sont ainsi présentés. Finalement, le chiffre apparait comme un palliatif à l’incapacité de construire collectivement le sens du travail. Il est imparfait et augmente considérablement les risques de RPS puisque les travailleurs ne débattent plus par peur de se fâcher.

La communication d’Isabelle Ferraras porte sur l’entreprise comme un lieu de contradictions du capitalisme. Il y aurait un « effritement » de l’entreprise en raison notamment du développement de la sous-traitance, des contrats d’indépendants et de la chaîne de valeur autour du globe. Cependant, l’emprise du capital serait aujourd’hui encore davantage prégnante. La démonstration s’opère en deux temps. D’abord, la sociologue et politologue revient sur la notion de Reductio ad corporationem : l’entreprise est aujourd’hui réduite à la société anonyme. Celle-ci est un concept légal qui repose sur une structure monocamérale du capital (une assemblée générale d’actionnaires qui élit un conseil d’administration lequel nomme un comité exécutif). Il y a là une logique qui exprime le cœur du capitalisme (« entendu comme principe de gouvernement plus qu’une manière d’agencer l’économie ») : il donne droit de pouvoir à celles et ceux qui ont du capital. Pourtant, l’entreprise n’est pas un concept juridique mais un concept des sciences sociales. Isabelle Ferraras en propose cette définition : une entité réelle plus large que l’enveloppe juridique de la société et une entité politique qui porte des enjeux de justice et d’efficacité. Elle est dépendante de deux classes d’investissement : le capital et le travail. L’entreprise apparait au cœur d’une contradiction entre le capitalisme (« une manière d’attribuer des droits politiques aux investisseurs en capital ») et la démocratie (« les droits politiques aux égaux »). Face à cette contraction, deux voies de sortie apparaissent : celle du « tout capital », privilégiée jusqu’ici (« sauver la SA pour relégitimer le capitalisme ») ou celle de la démocratisation du capitalisme. Cette dernière voie a un idéal régulateur : l’organisation économique où le pouvoir est exercé par les travailleurs. L’entreprise monocamérale de travail (une assemblée générale des investisseurs en travail qui élit un conseil d’administration lequel nomme un comité exécutif). Plusieurs exemples, internationaux, d’innovations institutionnelles visant à donner du pouvoir aux travailleurs sont présentés. Ils portent chacun des limites significatives. Pour conclure, la chercheuse présente un modèle qui porte un principe d’émancipation visant à accorder un droit politique au travailleur : le bicamérisme. Celui-ci repose sur un parlement à deux chambres : une assemblée générale des apporteurs en capital et d’une assemblée générale des investisseurs en travail.

Pascal Ughetto revient sur les importantes évolutions des grands groupes depuis les années 90. Alors marqués par les contraintes actionnariales, ils ont resserré les formes de contrôle et développé des process amenant à des processus d’homogénéisation et de standardisation. Seulement, une nouvelle critique du fonctionnement de l’entreprise émerge depuis 2010 : organisation en « silos », manque de transversalité, etc. Pour le sociologue, les entreprises se sont senties menacées par les acteurs du numérique : « l’éloge des « innovations disruptives » représentait une remise en cause de leur mode de fonctionnement ». Dès lors, on assiste à un retournement radical des cadres de pensée qui passe notamment par une remise en cause brutale des investissements matériels en faveur des dispositifs de gestion. Pascal Ughetto s’interroge : est-ce que cela marque un recul du contrôle ?  Ses enquêtes de terrain font apparaitre une logique d’accumulation. Il défend la thèse qu’on ne peut pas comprendre les phénomènes dans une approche qui opposerait autonomie versus process mais qu’il faut surtout questionner la façon dont la contradiction entre les deux va agir. Le cas du mode agile est utilisé pour poursuivre la démonstration. Et le sociologue de s’interroger : « vers quelles articulations concrètes entre les formes de contrôle incarné par les process et la « transformation culturelle » ? Au regard de l’emprise, les entreprises agiles ou libérées offrent une possibilité de « dégagement ». Cependant, il semble primordial de fournir aux salariés un récit explicatif de cette soudaine réorientation (« Pourquoi on a changé ? Comment on va articuler les deux ? ») et de restituer du pouvoir d’organiser aux cadres de terrain. En l’état, c’est au travailleur seul de résoudre et d’accepter ses contradictions.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nathalie Lemenager (15 novembre 2019). Les formes contemporaines de l’emprise : compte rendu du colloque. SQUAPIN. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ve4o


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search