Pas de liberté professionnelle sans responsabilités sociales garantissant à chacun une égale capacité d’agir

Bénédicte Zimmermann, Directrice d’études à l’EHESS, propos recueillis par Jean-Louis Dayan et Michèle Tallard. Article paru dans Métis. Correspondances européennes du travail le 6 janvier 2020.

Comme en écho à vos travaux, la loi de 2018 portant réforme de la formation professionnelle s’intitule « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel ». Pensez-vous que ce texte fait avancer la liberté professionnelle des personnes ?

Bénédicte Zimmermann : Par son intitulé aussi bien que par les objectifs qu’elle poursuit, la loi de 2018 pose la question des conditions d’exercice de la liberté dans un monde du travail toujours dominé par le salariat, donc par la subordination. La plupart des travailleurs se trouvent dans une situation de dépendance juridique (vis-à-vis de leur employeur) ou économique (vis-à-vis de leur donneur d’ordre).
Parler de « liberté de choisir son avenir professionnel » pose donc, en soi, question… Lire la suite sur le site de Métis


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nathalie Lemenager (17 février 2020). Pas de liberté professionnelle sans responsabilités sociales garantissant à chacun une égale capacité d’agir. SQUAPIN. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ve4v


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search